Sur la piste du tissu africain

Filmant des étudiants au département de mode de l’université de Radford à Accra au Ghana, photo: Filmon Abraha
Filmant des étudiants au département de mode de l’université de Radford à Accra au Ghana, photo: Filmon Abraha
Daniel Santafosta, Youssef Youssef, Filmon Abraha, traduction française: Carole Bonotaux, traducción española Raquel Pazos
07 juillet 2014

Le but de l’Initiative Mode Ethnique est de fournir une ouverture aux marchés Européens, entre autres, pour les tissus qui sont éthiquement dessinés et produits au travers de différentes chaînes de production au Burkina Faso, au Mali et au Ghana. Le Burkina Faso et le Mali sont la source de certains des tissus utilisés par les dessinateurs au Ghana. Le rôle d’ICV dans ce projet et de fournir des connaissances et un support à la communication, particulièrement quand il s’agit de dessinateurs locaux au Ghana. Dans le cadre de leur stage et en collaboration avec le projet, Youssef Youssef et Daniel Santafosta ainsi que FilmonAbraha ont passé 5 semaines au Ghana et au Burkina Faso pour prouver certaines chaînes de valeur des tissus. Voici leur rapport…

La préparation pour notre aventure a débuté dans un petit bureau calme de Genève mais rien n’aurait pu tout à fait nous préparer à ce qui nous attendait. Ayant dû faire face à la lourdeur de la bureaucratie Ghanéenne en Suisse, nous fûmes finalement excités d’atterrir à Accra, pour être confrontés de nouveau à … encore plus de lourdeur dans les procédures bureaucratiques.

En quittant l’aéroport complètement exaspérés, nous avons rapidement appris que les locaux n’étaient pas du tout représentés par leurs fonctionnaires, bien que tous les gens que nous ayons rencontrés tout au long de notre voyage étaient plus que charmants, serviables et très amicaux.

Accra est une capitale intéressante, offrant tous les services que l’on puisse attendre d’une grande ville au calibre international. Ce n’était pas une surprise de trouver des quartiers pauvres et des bidonvilles d’un côté de la ville, alors que l’autre partie était surchargée d’appartements et de luxueux hôtels.

Le contraste saisissant est ce qui rend les capitales des pays en voie de développement tellement fascinantes ; le clash de différents styles de vie et les décors nous attirent l’œil et sont déroutants à la fois.

Notre recherche nous a fait nous déplacer dans les quatre coins du pays ; parfois nous voyagions confortablement ou nous prenions l’avion à travers le pays, d’autres fois nous nous entassions dans des minis-bus de fortunes délabrés, surpeuplés et sans air conditionné, mais aussi déplaisant que ça en a l’air, ce sont ce genre de voyages qui font ensuite les meilleures histoires et les meilleurs expériences.

Tout au long de nos voyages et de nos rencontres, nous avons été confrontés à quelques obstacles rébarbatifs, tels que l’un de nos appareils photo qui s’est cassé au début de notre voyage, mais heureusement notre détermination nous a permis de rencontrer des gens très intéressants et de faire avancer le projet de l’avant, tout en profitant de tout ce dont le Ghana avait à offrir.

Dans l’ensemble, le voyage fut une révélation et une expérience humble, tant au niveau personnel qu’au niveau académique ; nous essayions toujours de capturer les peintures traditionnelles et les techniques de tissage, aussi bien que d’interviewer des dessinateurs émergents et des marques établies à l’étranger qui produisent au Ghana.

©1998-2017 ICVolunteers|conception + programmation mcart group|Mis Ă  jour: 2016-11-14 15:32 GMT|Notre politique|