Pouvoir parler pour mieux s'intégrer

Projet en bref

Date et lieu

30 novembre -1, Espagne, France, Suisse, Afrique du Sud

DĂ©tails du projet

Langues et immigration

Pour ICVolontaires, les langues et la diversité linguistique, ainsi que la communication et l'interprétariat, sont une vocation historique. C'est aussi par là que passe le processus d'intégration de migrants qui figure parmi les questions clés à l'ordre du jour dans l'ère de la mondialisation. Dans ses principes de base, l'Union Européenne définit l'intégration comme "un processus à long terme et à double sens, de compromis réciproque entre tous les migrants et résidents de la société d'accueil." Avec environ 4 millions de nouveaux immigrés entrés dans les pays de l'OCDE à titre permanent en 2005, le travail sur le terrain est urgent et perpétuel.

Dans ce contexte, notre organisation a voulu contribuer, à travers une initiative entièrement consacrée aux services linguistiques pour les nouveaux migrants. Décliné à partir de différentes spécificités selon les pays où oeuvre la Fédération ICVolontaires (notamment Espagne, France, Suisse), le projet "Langues et immigration" a comme objectif d'effectuer un inventaire des institutions et des associations qui fournissent un appui linguistique et des services de soins primaires aux immigrés et aux réfugiés étrangers handicapés par le fait qu'ils ne comprennent ni ne maîtrisent la langue locale.

Après cette phase d'étude préliminaire, l'idée d'ICVolontaires est de soutenir les associations qui travaillent déjà dans le domaine de l'immigration, offrant en particulier des services de langue, tels que la traduction de documents juridiques, l'interprétation simultanée dans les démarches quotidiennes des migrants et une assistance pendant la procédure de régularisation de la personne concernée.

Convaincue par une approche de "capacitation" qui défend l'égalité des chances, ICVolontaires prévoit dans chaque pays la formation d'immigrés déjà intégrés dans la société, qui serviront de passerelles et de relais culturels efficaces entre les nouveaux venus et la société.

Le projet "Me parler, me parler ici" prévoit également un travail de revalorisation de l'image de ces populations, en favorisant une nouvelle vision des migrants: citoyens humains, bien intégrés dans la société d'accueil et capables à leur tour d'offrir du temps comme n'importe quel volontaire du monde.

Les projets déjà en route

Espagne: le pionnier

L'Espagne est passée d'un pays d'émigration à un pays d'immigration à la fin des années 90. En fait, elle pourrait aujourd'hui être considérée comme l'un des principaux pays d'immigration au sein de l'Union Européenne.

Chaque année, pendant les mois d'été, des milliers de personnes partent de différents pays africains dont elles sont originaires, et risquent leur vie, espérant ainsi atteindre les iles Canaries. En 2006, elles étaient plus de 15.000.

Barcelone, capitale de la région de Catalogne et siège d'ICVoluntarios-Barcelona, a accueilli un grand nombre de migrants - qui sont entrés ailleurs en Espagne - toutes ces dernières années (commençant par 74.019 en 2001, atteignant 260.000 en 2006, selon le Département Catalan de la Statistique), et, hélas, cela a causé un certain nombre de frictions culturelles, surtout a cause de l'approche éminemment "assimilationniste" du phénomène. Les immigrés sont en effet supposés abandonner leurs spécificités linguistiques, culturelles et sociales, adopter les valeurs et les pratiques de la société qui les accueille et se fondre dans la population du pays hôte, laissant l'usage des "autres" langues et religions à la sphère privée.

En bénéficiant de l'étroite collaboration de Linguamón la Maison des langues, et des contacts avec la Federació Catalane du Volontariat Social, (en particulier le Département de l'Immigration), le Secrétariat de l'Immigration du Gouvernement Catalan et le Cabinet technique d'immigration, ICVoluntarios-Barcelona, a donc pris connaissance des entités qui s'occupent du premier accueil dans la municipalité (dont 44% ne possèdent aucun service de langues), a détecté les besoins et les nécessités et est entré dans la phase plus opérationnelle du projet, celle de la formation des volontaires (vrai outil d'interaction et d'intégration dans la société), de l'accompagnement des immigrés et de la création d'un kit outil qui rend le projet transposable à d'autres contextes et pays. Axé principalement sur les quartiers du Faubourg et Ciutat Vella, le projet s'adresse aujourd'hui aux immigrés, surtout aux femmes, provenant pour la plupart du Maroc, du Pakistan, de la Roumaine, de l'Equateur et du Chili.

Suisse: la mixité du Canton de Genève

Avec près de 40% d'étrangers, Genève est non seulement le canton suisse où la proportion d'étrangers est la plus forte, mais aussi le plus cosmopolite: 184 nationalités y cohabitent, sur les 194 possibles (Office de la Statistique). Pour 25% de la population résidante dans le Canton de Genève, le français n'est pas la langue principale. Dès lors, l'acquisition de cette langue est un élément-clé pour réussir une intégration. La grande majorité des migrants non-francophones ou peu scolarisés suit des cours de français de base ou d'alphabétisation. Cependant, certains d'entre eux, sans emploi ou au chômage, ne trouvent pas le lieu où exercer ces nouvelles compétences. Les femmes au foyer, les personnes âgées, les migrants récemment arrivés, ou qui n'ont pas bénéficié d'un cours de langue adéquat, les sans-emplois, sont ainsi laissés pour compte.

Les sentiments d'exclusion et d'isolement, réels ou perçus, se trouveront réduits si on arrive à accroître les capacités de communication. Le bureau suisse d'ICVolontaires est actuellement en train de faire un inventaire des services existants de l'interprétariat et de l'accompagnement des migrants a Genève. Sur la base de cet inventaire, ICVolontaires proposera un appui complémentaire aux services en place, afin d'offrir un accompagnement linguistique aux migrants assuré par des médiateurs et des interprètes volontaires en favorisant la confiance, la résolution des conflits et la collégialité.

France: migration et santé

Par tradition et en raison de sa situation géographique, mais aussi pour faire face au développement de ses industries, le département Rhône-Alpes et les Pays de Gex - siège de l'antenne française d'ICVolontaires - ont toujours été une terre d'accueil pour les étrangers (italien, maghrébines, turques). Avec 471'585 immigrés en 1999, soit 8,4% de sa population, c'est la 6ème région la plus concernée par l'immigration, après l'Ile de France, les trois régions de sud-est méditerranéen et l'Alsace. En Rhône-Alpes, les étrangers représentent aujourd'hui environ 8% de la population.

Le projet conçu par ICV-France, sur le modèle espagnol, a pour ambition de faciliter l'accueil d'une personne en France, en utilisant des immigrés intégrés et des volontaires comme agents d'accompagnement et facilitateurs ou interprètes dans les démarches quotidiennes auxquelles les migrants sont confrontés et en aidant les personnes récemment arrivées à prendre conscience de l'importance de maîtriser la langue du pays d'accueil afin de bien en comprendre le fonctionnement social et atteindre rapidement un bon niveau d'intégration.

Le travail d'accompagnement prévu concerne les démarches administratives, l'accès aux services sociaux, aux soins de santé et aux écoles, l'aide à la recherche d'emploi, la rédaction d'un CV, la préparation aux entretiens, le montage d'un dossier pour la création de sa propre activité économique, la recherche d'un logement.



Projets long terme

ICVolontaires collabore avec des volontaires et encourage l'engagement citoyen, en mettant en relation des organisations, des individus et des communautés ainsi qu'en accompagnant leurs efforts dans ce domaine. Dans cette perspective, ICVolontaires développe des projets et mène des initiatives.

©1998-2019 ICVolunteers|conception + programmation mcart group|Mis Ă  jour: 2019-01-28 10:52 GMT|Notre politique|